Le marais salé de Saint-Beauzire

Ecrit par L'eautochtone le 9 juin 2015

Le marais de Lambre et le marais salé de Saint Beauzire séparés de seulement 1,5 km sont une trace contemporaine du passé humide de la Limagne. Ces zones sont dans un contexte périurbain qui les rend particulièrement vulnérables. Le Marais salé de Saint-Beauzire est l’un des derniers grands marais salés d’Auvergne

Le marais salé de Saint-Beauzire est bordé par l’autoroute A71 à l’ouest et par le Biopôle Clermont Limagne à l’est.

Marais salé de Saint Beauzire (1)

La superficie du site est de 13 hectares (contre 4 pour le marais de Lambre), répartis en trois morceaux disjoints.

Marais salé de Saint Beauzire (2)

Cette zone Natura 2000 a été désignée pour la présence d’un pré salé continental, milieu naturel très rare en France.

Marais salé de Saint Beauzire (3)

La remontée locale d’eau minérale salée est à l’origine des Selins de Limagne. Impropre à la culture, ces terrains lourds mal draînés sont de plus très riches en sels minéraux (sodium) et leur pH atteint des records (pH = 10).

Marais salé de Saint Beauzire (4)

L’association du Conservatoire d’espaces naturels d’Auvergne agit pour préserver ce site naturel remarquable depuis plus de 10 ans.

Marais salé de Saint Beauzire (5)

La première action a consisté en une restauration d’une partie importante du marais dans le cadre d’un contrat Natura 2000.

Marais salé de Saint Beauzire (6)

Cette opération avait été un succès écologique avec un retour spectaculaire d’une flore maritime exceptionnelle et plus précisément la végétation halophile spécifique de ce marais.

Marais salé de Saint Beauzire (8)

La société APRR utilise une partie des remblais restant pour construire des merlons antibruits le long de l’autoroute.

Marais salé de Saint Beauzire (9)

Le suivi des espèces présentes sur le site permet d’établir un bilan mitigé de l’état de conservation du site. La surface en pré salé a temporairement diminué.

Marais salé de Saint Beauzire (10)

Le marais salé abrite également une libellule d’intérêt communautaire (Agrion de Mercure) et 12 plantes rares.

évolution population Marais salé Saint Beauzire
Source : Conservatoire des Espaces et Paysages d’Auvergne – 23/02/2009

Les surfaces occupées par les espèces halophiles semblent a peu près stables sauf pour le Plantain maritime qui régresse.

Marais salé de Saint Beauzire (11)

Le Courlis cendré (Numenius arquata) n’a pas été revu sur le site depuis 2003 (source LPO).

Marais salé de Saint Beauzire (13)

La population d’Agrion de Mercure (Coenagrion mercuriale) se maintient.


Le marais salé de Saint-Beauzire par France3Auvergne

Sources :

– Document d’objectifs Natura 2000 « Marais salé de Saint-Beauzire »
– Natura 2000, Marais salé de Saint-Beauzire, lettre d’information mai 2010

2 réponses à “Le marais salé de Saint-Beauzire”

  1. lmagine dit :

    sublime cette endroit,
    faite tout, pour préserver cette zone de marais!
    je peu vous dire un levé de soleil dans les marais; ne vous laisses pas indifférent… 😉

    vous avez toute la nature qui se réveille: …..
    ce qui aime la nature, ce n’est que du bonheur….

    la prochaine fois que je descend sur Clermont…..
    vous avez d’autres endroit a decouvrir comme celui si ?

    merci beaucoup, votre blog est plein de fraicheur 😉

  2. lmagine dit :

    en plus sur fond de montagne 😉
    sublime extraordinaire…j’adore