La cascade du Queureuilh

Ecrit par Volvicomtoise le 18 février 2015

La cascade du Queureuilh est sans doute la plus connue de la ronde des cascades. Elle a tout de la représentation classique qu’on se fait d’une cascade : la chute d’eau mesure 20 mètres de haut et s’écrase en bas d’une paroi rocheuse à la verticale parfaite au milieu de la verdure. Les jours ensoleillés, les projections d’eau vous gratifieront même d’un arc-en-ciel.

Pour se rendre à la cascade du Queureuilh en provenance de la cascade du Saut du Loup, il suffit simplement de revenir sur vos pas : retraversez la D996, redescendez jusqu’au croisement balisé par des pancartes jaunes et rejoignez la cascade du Queureuilh toute proche. Si vous venez de Prends-Toi-Garde, continuez tout droit au premier croisement puis tournez à gauche au prochain croisement que vous rencontrerez. Compte tenu de la grandeur de la cascade et du bruit de l’eau, il vous sera difficile de la rater.

 

L’arc-en-ciel change de place selon l’heure de la journée (trois heures d’écart entre ces deux prises)

L’eau qui se déverse dans cette cassure est celle du ruisseau du Barbier, lequel descend du Puy de Barbier (1702 m d’altitude) et se jette au fond du val dans le ruisseau de l’Enfer. Nourri de plusieurs affluents, il affiche un débit conséquent, a fortiori pendant la période de la fonte des neige. En outre, la paroi géologique est parfaitement verticale, ce qui permet d’admirer les orgues basaltiques qui la constituent. Au final, toutes les conditions sont réunies pour que l’eau se déverse en abondance en s’éloignant de la paroi.

Vous serez donc plus ou moins arrosé (d’où la popularité de cette balade l’été) mais vous pourrez également tester votre appareil photo en essayant de capturer l’arc-en-ciel qui se dessine dans la chute (si le soleil est de la partie).

 

Test concluant pour mon appareil

Après avoir dévalé la cassure, le ruisseau de Barbier continue son cours vers le fond du val où il rejoindra le ruisseau de l’Enfer. Vous pouvez le suivre via le sentier, qui vous dirigera tout droit vers la troisième et dernière cascade du parcours : la cascade du Rossignolet…

Pour voir les photos de cet article ainsi que d’autres prises de vue en plus grand, consultez la galerie de l’Eautochtone :

100_4680.JPG 100_4682.JPG 100_4683.JPG 100_4684.JPG 100_4685.JPG 100_4689.JPG 100_4690.JPG 100_4698.JPG 100_4732.JPG 100_4733.JPG

Sources :

  • Site officiel du Massif du Sancy
  • Géoportail
  • Guy Lemaître, 2013, série d’articles consacrés au cascades auvergnates, La Montagne

Les commentaires sont fermés.