Le Chavanon : bien plus qu’un affluent

Ecrit par L'eautochtone le 18 septembre 2018

Le Chavanon, appelé également « La Ramade » sur une grosse partie de son parcours, coule sur plus de 50 kilomètres avant de rejoindre la Dordogne. Sur la majeure partie de son linéaire, il sert de frontière entre le Puy de Dôme et la Creuse, puis entre le Puy de Dôme et la Corrèze. Les Gorges du Chavanon sont réputées pour leur richesse faunistique et floristique.

La Ramade née en Creuse sur la commune du Crocq, passe par le plan d’eau de Ramade, louvoie entre Creuse, Puy de Dôme et Corrèze en changeant de nom. Il est assez fréquent pou une rivière d’avoir plusieurs noms.

Le Chavanon coule dans une vallée encaissée pour rejoindre la Dordogne en limite des communes de Savennes et de Confolent-Port-Dieu.

Les rives ombragées permettent des jeux de lumière qui embellissent la rivière et la maintiennent fraîche l’été.

Les fortes pentes sont peuplées de feuillus et les eaux fréquentées par une population piscicole variée, des moules perlières, des loutres, des écrevisses…

Un programme d’actions a été développé sous la forme d’un contrat territorial (« Chavanon en action ») signé le 2 décembre 2014 pour une durée de 5 ans.

Ce contrat concerne les 3 départements de la Corrèze, de la Creuse et du Puy-de-Dôme, et 2 grandes régions (Nouvelle-Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes). Le but est de préserver les milieux aquatiques et la ressource en eau.

En empruntant l’ancienne voie de chemin de fer vous pourrez longer le Chavanon sur de nombreux kilomètres.

Il est possible d’apercevoir d’anciens vestiges d’activités économiques liées à l’eau et au feu : comme le barrage de Lagarde, les fours à chaux de Gioux, des moulins. Ces derniers ont parfois inspiré le nom des lieux dit qui bordent la rivière.

On trouve également Chavanoux dans le « Dictionnaire hydrographique de la France de 1787 ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *