Les sources de Saint-Myon

Ecrit par L'eautochtone le 17 juin 2014

L’histoire de Saint-Myon est étroitement liée à l’eau. La ville est traversée par la Morge qui compte plusieurs sources d’eau minérale gazeuses et ferrugineusessur ses rives. Elles ont été exploitées à partir de la fin du XVIe siècle jusqu’à 1950 pour la dernière (la source Desaix).

La ville de Saint-Myon est située en bordure de Limagne à la frontière des Combrailles, entre Combronde et Aigueperse (mais avant Artonne).

bâtiment Source Desaix-Fayard
Ancien bâtiment des eaux minérales naturelles de St Myon

Pour trouver la source, le plus simple est de stationner sur la grande place non loin du pont enjambant la Morge, puis de prendre au fond la gauche, le Chemin des Chabanettes.

Chemin des Chabanettes Saint Myon chemin source Desaix Saint Myon 190 chemin des sources Saint myon 190

Suite à une grosse sécheresse, qui asséchat presque la Morge fin XVIème siècle, les habitants recherchèrent d’autres possibilités pour se procurer de l’eau potable. Ils trouvèrent une demi-douzaine de sources.

Les sources d'eaux minerales de Saint-Myon

On rencontre à Saint-Myon 3 sources « importantes » (la source Desaix et les sources Gros et Alphonse) et un certain nombre de petits suintements que l’on aperçoit le long de la rivière.

source et captage Alphonse à Saint Myon

La Morge et la source et captage Alphonse

Les sources de Saint Myon sont limpides et froides (entre 13 et 14 degrés). Leur débit est faible. La Source communale, la Source Desaix, les Sources Gros et Alphonse, la Source Rigaud, la Source Fayard, la Source Jaffeux, furent toutes exploitées.

Bâtiment source Desaix 290 source Desaix 290

La source Desaix

La plus importante qui appartenait à la famille Desaix, sort d’un rocher sur la rive droite de la Morge. Sa composition a été déterminée en 1845 par M. Nivet et en 1859 par M.J. Lefort.

intérieur bâtiment source Desaix

La source Desaix

Le bâtiment de la Source Desaix, en production jusqu’à la fin des années 1950, peut encore être visité. L’éclairage du bâtiment est automatique.

source Desaix grille

L’eau à 14°C est classée comme une eau chloro-bicarbonatée forte, comme celle de Chatel-Guyon tout près, ou celles de Sainte-Marguerite, Joze. Elle est conseillée pour combattre la goutte, les fièvres.

Morge pont et bief

La Morge et un de ses biefs

Sources :

– Banc, J., 1605, La memoire renouvellee des merveilles des eaux naturelles en faveur de nos nymphes françoises & des malades qui ont recours à leurs emplois salutaires, Éditeur : Pierre Sevestre (Paris).
– Nivet, V., 1846, Dictionnaire des eaux minérales du département du Puy-de-Dôme, Éditeur : A. Veysset (Clermont).
– Truchot, P., 1878, Dictionnaire des eaux minérales du département du Puy-de-Dôme, Éditeur : A. Delahaye (Paris).
– Crozet R., 1979, L’Auvergne qui guérit : Par ses saints, ses sources, ses guérisseurs, Éditeur : Horvath.

Une réponse à “Les sources de Saint-Myon”

  1. Imagine dit :

    au secours!
    je rouille ;@))