L’eau et le Massif du Sancy

Ecrit par Volvicomtoise le 8 août 2013

Le Massif du Sancy est un massif volcanique situé dans le Massif Central, au cœur de l’Auvergne dans le département du Puy-de-Dôme, à une trentaine de kilomètres au sud de Clermont-Ferrand. L’eau y est omniprésente, quel que soit le versant sur lequel on se trouve, il est impossible d’y échapper.

Cascades, sources, cours d’eau, et même tourbières : l’eau est partout. La question qui en découle : pourquoi le Massif du Sancy bénéficie-t-il d’une telle hydrographie ?

Link to the English version

Voici un petit article qui aura la prétention d’avancer quelques réponses, mais également d’expliquer l’organisation du Massif du Sancy en s’attardant plus particulièrement sur la fameuse Vallée de Chaudefour et la moins connue Vallée de la Fontaine Salée.

Le Massif du Sancy est donc un massif volcanique qui a été actif jusqu’à 220 000 ans avant notre ère. Son point culminant, le Puy de Sancy, est le plus haut volcan de France métropolitaine et atteint la hauteur de 1 886 mètres, mais a probablement dû mesurer 2 500 mètres auparavant.Ce volcan est également le point de départ de nombreuses crêtes et c’est autour de lui que les vallées reposent.

La vallée de Chaudefour, au coeur du strato-Volcan du Sancy 600

La vallée de Chaudefour, au coeur du strato-Volcan du Sancy

A quoi le Massif du Sancy doit-il sa géographie et son hydrographie ?

Cascade de la Pérouse sancy vallée de Chaudefour (2) cascade de la Biche vue de loin (1) cascade du Moine vallée de Chaudefour (1)

De gauche à droite : Cascade de la Pérouse, Cascade de la Biche et cascade du Moine – Vallée de Chaudefour

L’hypothèse la plus plausible serait l’effondrement des flancs du massif sous forme d’avalanches de pierres. L’eau, pouvant ainsi être libérée, porte désormais en elle le caractère volcanique du Sancy : elle se charge de sels minéraux et de fer, et également de gaz. D’où les nombreux (innombrables ?) cours d’eau qui prennent leur source sur les versants du Sancy, et les immanquables tourbières.

lacs bordes wikipédia eauvergnat

Le lac des Bordes, une tourbière ennoyée – Photo Wikipédia

Outre l’hydrologie, le Massif doit sa configuration à la fonte des glaciers qui ont creusé les vallées qui s’étendent plus bas. Ces vallées sont au nombre de 4 : l’illustre Vallée de Chaudefour (également Réserve naturelle), la Vallée de la Dordogne (vallée où, comme son nom l’indique, naissent la Dore et la Dogne), la Vallée de la Fontaine Salée (qui fait partie de la Réserve naturelle nationale de Chastreix-Sancy) ainsi que la Vallée de la Biche.

ign-miniCette carte IGN présente l’orientation des vallées ainsi que le réseau hydrographique

Attardons-nous maintenant sur les 2 Vallées citées en début d’article. Commençons par la plus connue et la plus emblématique Vallée du Sancy : la Vallée de Chaudefour !

vallee-chaudefour-3-eauvergnat

Il s’agit d’une vallée glaciaire qui s’étend sur près de 900 hectares et sur un dénivelé allant de 1150 à 1854 mètres. Elle présente des pentes particulièrement abruptes, desquelles jaillissent pas moins de 5 sources. La « n°1 », la « n°2 », la « Vercingétorix », la « Petit Griffon », et la plus connue la « Source Sainte-Anne ».

Source Sainte Anne Chaudefour Source Sainte Anne Chaudefour (1) Source Sainte Anne Chaudefour (2)

La source Saint-Anne

La couleur ocre de cette dernière est est caractéristique des sources d’eau ferrugineuse, l’eau y est particulièrement chargée en fer et en acide carbonique, ainsi qu’en calcium et en magnésium.

177-c2a9-source-st-anne-nicolas-giraud-eauvergnatPour avoir eu l’occasion d’y goûter, je confirme que l’acidité et le goût de fer sont très prononcés. Ce n’est pas forcément des plus agréables, mais il ne serait pas correct de ne pas y faire honneur : tout visiteur accompli se doit d’y avoir goûté !

Revenons à cette eau naturelle : de telles quantités de sels minéraux présentent bien évidemment des vertus thermales et curatives, d’où son exploitation pour soigner, par exemple, les maladies d’estomac.

815-c2a9-fontaine-salee-nicolas-giraud-eauvergnat

La Fontaine Salée par Nicolas Giraud – http://www.nicolasgiraudphoto.com/

La Vallée de la Fontaine Salée est formée en auge au sud du Sancy. C’est un cirque glaciaire creusé par la fonte des glaciers (d’où la présence de rochers disséminés çà et là). Ses flancs voient jaillir de nombreuses sources d’une eau pétillante, ferrugineuse et riche en sels minéraux. La vallée tire donc son nom de ses nombreuses sources, au goût salé.

225-c2a9-fontaine-salee-nicolas-giraud-eauvergnat

La Fontaine Salée par Nicolas Giraud – http://www.nicolasgiraudphoto.com/

En arpentant le Massif du Sancy, vous pourrez également rencontrer des tourbières, dues à une pluviométrie importante, à la stagnation de l’eau et à la végétation qui freine son évacuation. Elles abritent des écosystèmes fragiles protégés par la mousse, le drosera, etc… Les tourbières reçoivent aussi le surnom de « sable mouvant des montagnes », on ne peut que trop vous conseiller d’éviter d’y mettre les pieds, ou bien il vous faudra fournir quelques efforts pour vous sortir de ses terres marécageuses.

184-c2a9-tourbieres-fontaine-salee-nicolas-giraud-eauvergnat

La Fontaine Salée par Nicolas Giraud – http://www.visages-et-paysages.com/

En conclusion, le Massif du Sancy jouit d’une géologie et d’un climat qui ont une influence plus que bénéfique sur son hydrographie. C’est cette combinaison de facteurs qui nous offre ce spectacle. La nature fait décidément bien les choses.

Sources : 

  • Les différentes cartes (IGN, hydrographiques, ou autres) à consulter librement sont disponibles sur le site Géoportail.
  • De multiples photos de la Vallée de Chaudefour sont disponibles dans la galerie Auvergne photos.
  • Voici l’article du gouvernement annonçant la future Réserve Naturelle conjointe entre la Vallée de Chaudefour et celle de la Fontaine Salée, sous le nom de « Réserve naturelle de Chastreix-Sancy ».
  • Enfin, vous retrouverez l’intégralité des photos illustrant cet article sur la très belle galerie Photo-Auvergne.com

Link to the English version

0 réponse à “L’eau et le Massif du Sancy”