Les fontaines pétrifiantes

Ecrit par la buveuse d'eau le 8 janvier 2014

Les sources et fontaines pétrifiantes ont été une découverte pour moi lorsque je suis arrivée en Auvergne. Un panneau indicateur, rue André Monier, aujourd’hui disparu, pointait vers les fontaines pétrifiantes des grottes du Pérou de Saint-Alyre. C’est ainsi que j’ai découvert ce phénomène physico-chimique qui depuis le début du XIX° siècle a permis de créer de nombreux objets décoratifs.

fontaine pétrifiante sainte alyre (4)

Ancien bâtiment des fontaines pétrifiantes de Saint Alyre

Pétrifiant : S’applique aux sources et fontaines dont les eaux déposent une croûte calcaire sur tout objet qu’elles baignent, la précipitation des carbonates étant due généralement à une baisse notable de température entraînant un départ de CO2.

Le carbonate de calcium est le principal composant du calcaire. Les eaux souterraines sont plus riches en gaz carbonique dissous que l’eau de pluie. L’agitation due à une cascade ou au jaillissement d’une source associée à la richesse en CO2 permet la dissolution du calcaire en carbonate qui va déposer un film minéral sur les éléments du paysage présents : les végétaux, la chute de la cascade ou tout objet déposé sciemment au bon endroit.

fontaine-petrifiante

Ce phénomène est à rapprocher de celui entraînant la formation des stalactites et stalagmites.

Ainsi des matrices sont déposées au passage des fontaines ou sources pétrifiantes pour être recouvertes en quelques mois d’une croûte calcaire d’une couleur ivoire qui sera ensuite détachée de la matrice.

Si les fontaines pétrifiantes de Saint Alyre sont fermées à la visite, il est possible d’en visiter à Saint Nectaire ou à Gimeaux près de Riom.

Ces 2 sites proposent une visite des grottes et différents espaces permettant de créer ces objets en calcaire issus des eaux si riches de la région.

Sources :

Une réponse à “Les fontaines pétrifiantes”